HARUMI KAZEHANA

Née en 1978 à Mexico, de père japonais et mère mexicaine, Harumi Shiguetomi Escobar est une peintre autodidacte. Elle a voulu expérimenter depuis son enfance une multitude de styles graphiques. Les estampes japonaises, la bande dessinée, son pays natal, ses gens, sa culture et son monde végétal luxuriant sont ses premières sources d’inspiration. Elle propose une réinterpretation du monde végéto-animal et beaucoup de minutie dans des styles organiques. A une certaine distance, la multitude de traits précis offre une sensation de mouvement. La perception visuelle est de suite stimulée.“ Mon souhait est de créer un univers minutieusement détaillé où chaque relief et chaque textures’en retrouvent honorés. Par le détail, les petites choses, très simples et anodines, que parfois nous ne voyons plus, deviennent les protagonistes de mes œuvres. Je suis heureuse de voir des personnes aller explorer la surface des œuvres à la recherche des fragments les plus dissimulés. C’est la force d’attraction du détail : il y a une histoire dans l’histoire, comme une énigme à découvrir ”. Aujourd’hui, elle est l’artiste designer des créations innovantes de l’atelier Kazehana & Tuillière , à Vaux-sur-Mer. CALAVERAS art… “ Dans mon pays, le Mexique, la mort est célébrée de manière extravagante et libérée. Ces fêtes d’origine pré-hispanique sont un genre au service d’une diversité de sentiments, source d’humour pas forcément noir. Les Calaveras que je dessine représentent la mort comme assumée,joyeuse et moins effrayante. Car je ne peins pas des êtres morts, je peins l’humanité dans son plus simple appareil, plus de peau, plus de sang.C‘est une représentation de la vie qui perdure au delà du temps, sur un fond tragi-comique caractéristique de ce mouvement pictural mexicain dont je suis héritière culturellement.Tous égaux sous leurs chairs, ces personnages ne distinguent ni les classes, ni la couleur de la peau. C’est une manière de rappeler l’égalité stricte des hommes face à leur destin final. J’y ajoute mon style, de la minutie pure, influence de mon éducation japonaise. Le résultat est une interprétation de la vie quotidienne et du remue-ménage social à travers des Calaveras agissant comme des gens communs ”.